Repeat – Sous-titres

Comme annoncé, j’ai choisi de vous proposer les sous-titres du drama « Repeat », dont la diffusion a commencé au Japon le 11 janvier dernier.

Repeat – sous-titres

 

Résumé de l’épisode 1
Shinozaki Ayumi est une bibliothécaire sans histoire. Un soir, un inconnu l’appelle et lui annonce qu’un tremblement de terre va avoir lieu quelques heures plus tard, et il lui en indique l’épicentre et la puissance. À la grande surprise d’Ayumi, tout se passe comme l’inconnu l’avait prévu. Ce dernier la rappelle d’ailleurs aussitôt après le tremblement de terre.

Ayumi - 1
Un retour dans le passé ? Difficile à croire…

Il dit s’appeler Kazama, et explique qu’il a pu prévoir ce tremblement de terre car il revient du futur, expérience qu’il désigne sous le nom de « repeat ». Il propose à Ayumi de participer à un « repeat », et l’invite à le rencontrer dans un restaurant de Yokohama. Quand Ayumi se présente au restaurant, elle se rend compte qu’elle n’est pas seule : Kazama a invité sept autres personnes, dont Môri Keisuke, un jeune homme sans emploi fixe, et Tendô Tarô, un homme qui prétend tenir un café.

Keisuke et Tendô - 1
Tendô (à gauche) et Môri Keisuke, compagnons de voyage d’Ayumi
Publicités

Futur(s) projet(s)

Je pensais prendre le taiga drama « Segodon » en projet, mais je ne suis pas emballée par les deux premiers épisodes. De plus, le dialecte utilisé dans ce drama m’est inconnu et je suis découragée face à l’ampleur des recherches à entreprendre pour la traduction. Enfin, traduire un taiga drama signifie ne se consacrer qu’à ça durant une année complète, et il y a d’autres projets que j’aimerais partager avec vous et avec ma famille. Je passe donc mon tour pour « Segodon ».

Repeat

En échange, je vous propose une traduction du drama « Repeat » dont la diffusion vient de débuter. Le premier épisode sera disponible demain ou après-demain, après la publication du dernier épisode de « Kônodori ».

 

Dramas Awards 2017

En 2017, j’ai regardé un total de 21 dramas, et je vais vous présenter mes coups de cœur dans les catégories suivantes : meilleurs dramas, meilleures actrices, meilleurs acteurs, meilleures actrices dans un second rôle, meilleurs acteurs dans un second rôle et meilleurs génériques. Et vous, quels sont vos coups de cœur de 2017 ?

Meilleurs dramas

Byplayers
L’histoire :
Six acteurs, tous dans la cinquantaine ou la soixantaine et habitués des seconds rôles, reçoivent une alléchante proposition de film. Mais le réalisateur a une condition : ils doivent habiter ensemble pendant trois mois, avant le tournage du film.

1 - Byplayers

Mon avis :
J’ai choisi ce drama sur le casting : Endô Ken’ichi, Oosugi Ren, Matsushige Yutaka, Terajima Susumu, Mitsuishi Ken et Taguchi Tomoro sont tous de formidables acteurs qui font un travail incroyable dans toutes sortes de seconds rôles. Leur seule présence suffisait à me convaincre que je tenais là une pépite… et j’ai eu bien raison ! Un drama drôle et déjanté, à l’humour décalé, avec une fin géniale ! Et bonne nouvelle : il y aura une saison 2 en février !

Quartet
L’histoire :
Maki Maki (Matsu Takako) est une violoniste à la personnalité mystérieuse. Elle rencontre par hasard Sebuki Suzume (Mitsushima Hikari), Beppu Tsukasa (Matsuda Ryûhei) et Iemori Yutaka (Takahashi Issei), tous musiciens. Par hasard ? Pas vraiment, car tous ont une bonne raison pour avoir approché Maki. Les quatre jeunes gens décident de former un quartet et commencent à vivre ensemble à la campagne, dans le chalet familial de Tsukasa.

2 -Quartet

Mon avis :
Impossible de classer ce drama dans un genre particulier tellement il est déroutant ! Il y a peu d’action dans Quartet, quasiment toute l’histoire se déroulant dans le chalet, mais on ne s’ennuie pas une seule seconde. Les relations qui se nouent entre les quatre personnages, les mystères qui les entourent sont très bien amenés dans le déroulé général de l’histoire. À voir absolument !

Kahogo no Kahoko
L’histoire :
Kahoko (Takahata Mitsuki), fille unique, est élevée dans du coton par sa mère (Kuroki Hitomi). Kahoko est heureuse et, naïve, elle ne voit le mal nulle part. Le père de Kahoko (Tokitô Saburô) aimerait s’interposer, protester contre cette façon d’élever sa fille, mais il est trop faible et capitule toujours devant sa femme. Un jour, à l’université, Kahoko rencontre Hajime (Takeuchi Ryôma), un jeune homme qui va lui faire comprendre un peu rudement que la vie n’est pas aussi rose que ce qu’elle imagine.

3 - Kahogo no Kahoko

Mon avis :
J’avais choisi ce drama pour Takahata Mitsuki, qui est une actrice que j’aime beaucoup, mais au troisième épisode j’ai failli abandonner la partie. Les histoires d’amour cul-cul d’étudiants ne sont en effet pas ma tasse de thé. Mais j’ai insisté, et j’ai bien fait. Car l’histoire d’amour dont je parle plus haut n’est pas le thème principal de ce drama. Le thème, c’est la famille, comme le dit bien le titre du générique : Family Song (par Hoshino Gen). Et Kahogo no Kahoko, c’est une très belle histoire familiale.

Meilleures actrices

Kimura Tae, dans Black Revenge

Dans Black Revenge, Kimura Tae joue le rôle d’Imamiya Saori, une jeune femme qui se venge des personnes responsables du suicide de son époux. Sur son visage, tout se lit : la tristesse d’avoir perdu l’homme de sa vie, la colère contre ceux qui l’ont acculé au suicide, la détermination à se venger et la joie de voir ses proies souffrir. Du grand art !

Yoshida Yô, dans Kounodori saison 2

5 - Yoshida Yo

Un drama avec Yoshida Yô, c’est toujours une grande joie. Dans Kounodori (saisons 1 et 2), elle incarne une sage-femme dynamique, toujours attentionnée envers les autres, drôle, mais également très touchante.

Shinohara Ryôko, dans Minshû no teki

6 - Shinohara Ryoko

Pas la peine de présenter Shinohara Ryôko, dont la carrière est déjà bien longue. Dans Minshû no teki, elle incarne une jeune femme provenant d’un foyer modeste, peu éduquée, qui décide de se lancer en politique. Drôle et mignonne sans être idiote, elle incarne dans ce drama un personnage touchant et juste.

Meilleurs acteurs

 Asano Tadanobu, dans Keiji Yugami

Acteur de cinéma, Asano Tadanobu se fait rare dans les dramas, sauf cette année où il en a fait deux : A Life et Keiji Yugami. Avec lui, tout se passe dans le regard et il peut tout jouer : les mélancoliques, les méchants, les fous furieux ou, comme dans Keiji Yugami, les excentriques.

Oomori Nao, dans Izakaya Fuji

8 - Oomori Nao

Certains d’entre vous le connaissent peut-être pour son rôle d’Ichi, dans le film Ichi the Killer, du réalisateur Takashi Miike (film dans lequel on retrouve aussi Asano Tadanobu). Dans le sympathique drama Izakaya Fuji, Oomori Nao joue son propre rôle. Décontracté, sympathique, sans prise de tête. Un plaisir de le voir ainsi !

Tout le casting de Byplayers

Byplayers, mentionné plus haut dans les meilleurs dramas, a été un véritable coup de cœur. Et tout cela est dû à tout son casting : Endô Ken’ichi, Oosugi Ren, Matsushige Yutaka, Terajima Susumu, Mitsuishi Ken et Taguchi Tomoro. Comme Oomori Nao dans Iazakaya Fuji, tous joue leur propre rôle et se moquent avec beaucoup d’intelligence d’eux-mêmes et de leur condition d’acteurs condamnés à des seconds rôles. Une très belle performance !

Meilleures actrices dans un second rôle

Inamori Izumi, dans Keiji Yugami

10 - Inamori Izumi

J’ai découvert cette actrice cette année, alors qu’elle a pourtant débuté sa carrière dans les dramas en 1994, et je l’ai trouvé formidable dans le rôle de chef de section de la criminelle. Ce genre de rôle est souvent casse-gueule pour une actrice, car il est dur d’incarner une femme forte sans paraître antipathique, mais là, c’était très bien fait !

Naka Riisa, dans Kurokawa no techô

Je n’ai pas trop aimé le drama Kurokawa no techô, à cause de Takei Emi, qui interprète le personnage principal (je l’ai trouvé mauvaise dans ce rôle). Mais Naka Riisa, dans son rôle d’ingénue qui se transforme en méchante, a été exceptionnelle !

Eguchi Noriko, dans Kurokawa no techô, Kounodori saison 2 et Uchi no otto wa shigoto ga dekinai

12 - Eguchi Noriko

Avec cinq dramas et deux films à son actif cette année, on peut dire que 2017 a été l’année Eguchi Noriko ! Et dans les trois dramas que j’ai vu d’elle cette année, elle a été formidable dans tous. Froide mais un peu fragile dans Kurokawa no techô, déjantée dans Uchi no otto wa shigoto ga dekinai et touchante dans Kounodori saison 2. J’espère bien la revoir en 2018 !

Meilleurs acteurs dans un second rôle

 Takahashi Issei, dans Onna jôshu Naotora, Quartet, Minshû no teki et Warotenka

Comme pour Eguchi Noriko, 2017 aura été l’année Takahashi Issei. Cinq films et cinq dramas, à se demander comment il tient le rythme ! Et comme pour Eguchi Noriko, je l’ai trouvé formidable dans tous les dramas où il a joué, du drama historique Onna jôshu Naotora au drama politique Minshû no teki.

Takashima Masanobu, dans Kurokawa no techô et Saki ni umareta dake no boku

Takashima Masanobu excelle dans les rôles de méchants. Son visage, capable de se tordre de façon hallucinante, est aussi très expressif. J’aimerais néanmoins le voir dans d’autres sortes de rôles.

Tokitô Saburô, dans Kahogo no Kahoko

15 - Tokito Saburo

Il est sans doute l’un des acteurs qui a contribué au succès de Kahogo no Kahoko, avec son rôle de père dépassé par les événements. Souvent en retrait, il arrive néanmoins à imposer sa présence. Une belle performance, car le rôle n’était pas facile à jouer.

Meilleurs génériques

 Hitori Sekai, par 10-FEET (Byplayers)
En plus d’une histoire originale et d’acteurs formidables, Byplayers se paye le luxe d’avoir deux génériques extra. Celui d’ouverture est interprété par 10-FEET, que je vous présente ici. N’oubliez pas non plus d’aller jeter un œil au générique de fin (Forever Young, par Takehara Pistol), qui est aussi excellent.

I’m a dreamer, par Saito Kazuyoshi (Izakaya Fuji)
Malheureusement, je n’ai pas trouvé de vidéo de cette chanson. Je vous propose donc celle d’un interprète amateur, assez sympa.

Human, par Wanima (Keiji Yugami)
L’idée de départ du drama Keiji Yugami n’a rien d’original : deux flics à la personnalité et aux méthodes différentes travaillent ensemble. Mais c’est très bien fait, avec un très bon casting et des histoires originales. Et le générique, par Wanima, colle très bien à l’ensemble !

Kounodori, saison 2 – Sous-titres

La saison d’hiver 2017 des dramas japonais étant maintenant bien entamée, je peux vous proposer mon projet coup de cœur : la saison 2 du drama médical Kounodori. Les dramas médicaux ne sont pas ma tasse de thé, mais j’ai beaucoup aimé celui-là, alors j’espère qu’il vous plaira aussi !

Kounodori, saison 2 – Sous-titres

Dans le premier épisode de cette deuxième saison, les médecins et sages-femmes de la maternité Persona sont confrontés à deux patientes bien différentes : l’une, Hayami Man, est sourde de naissance, tandis que l’autre, Sano Ayaka, est une femme de carrière très active. Mais toutes deux ont un point commun : l’angoisse de la vie avec le bébé.

Médecins - 1
Communiquer avec les patientes, une priorité
Patiente - 1
La peur de devenir mère
Bébé - 1
Le bébé mignon de l’épisode 1 !

Boku no yabai tsuma (sous-titres)

Mochizuki Kôhei est marié avec la riche Maria. Grâce à la fortune de son épouse, il a pu ouvrir le café qu’il rêvait d’avoir mais les affaires ne marchent pas très bien, et sa femme refuse de lui prêter de l’argent.

Yabai 1

Kôhei, qui a une relation avec Anna, chef cuisinière de son café, ne supporte plus Maria. Les deux amants projettent de la tuer en lui faisant boire du vin contenant de l’adoxine, un poison mortel.

Yabai 3

Mais le soir où Kôhei s’apprête à mettre son plan à exécution, il découvre en rentrant chez lui que sa femme a disparu. Une grosse tache de sang s’étale dans l’entrée de sa maison, et Kôhei découvre une note laissée par le ravisseur sur la table de la salle à manger : « Préparez 200 millions de yens. Si vous prévenez la police, je tue votre femme. Signé : N31 »

 

Kôhei

Ce que ne sait pas encore Kôhei, c’est que c’est Maria qui a tout manigancé et que le cauchemar ne fait que commencer.

Boku no yabai tsuma – sous-titres

Jdramas, printemps 2017 : ma sélection

La saison d’hiver 2017 des dramas japonais s’est achevée sur quelques bonnes surprises dont je vous reparlerai sur le blog, mais pour l’instant, il est plus que temps pour moi de partager avec vous mes choix pour la saison à venir.

Reverse (リバース)
Un drama adapté d’un roman de Minato Kanae ? Aucune hésitation à avoir ! C’est le drama dont j’attends le plus cette saison.

Reverse

Synopsis :
Fukase Kazuhisa (Fujiwara Tatsuya) a 32 ans et mène une vie des plus ordinaires, à la limite du monotone. Mais tout commence à basculer le jour où sa petite amie Mihoko (Toda Erika) reçoit une lettre disant que Kazuhisa est un assassin. Pour Kazuhisa, c’est le déclic : il est temps pour lui de faire face à la mort de son ami Hirosawa Yuki (Koike Teppei), disparu 10 ans plus tôt lors d’une sortie snowboard.
Ce jour-là, d’autres jeunes gens étaient présents : Tanihara Yasuo (Ichihara Hayato), Asami Kōsuke (Tamamori Yūta), Murai Takaaki (Miura Takahiro) et sa petite sœur Asuka (Kadokawa Mugi), tous partageant le secret de la mort de Yuki. Eux aussi reçoivent une lettre accusatrice.

Diffusion : le vendredi, à 22h00, à partir du 14 avril, sur TBS.

Site officiel : http://www.tbs.co.jp/reverse_tbs/

CRISIS
Je suis fan d’Oguri Shun, alors forcément, je ne pourrais pas passer à côté ! Néanmoins, je n’avais pas particulièrement aimé ses derniers dramas (j’avais même détesté Ouroboros), alors j’espère que cette fois ce sera mieux…

CRISIS

Synopsis :
Terrorisme, affaires politiques, sectes, espionnage militaire… Pour faire face à ces crimes exceptionnels, une unité spéciale et deux policiers exceptionnels : Inami Akira (Oguri Shun), ancien militaire déchargé de ses fonctions pour traumatisme, et Tamura Saburō (Nishijima Hidetoshi), homme sérieux et stoïque, qui travaillait autrefois dans la section Affaires étrangères de la sécurité publique.

Diffusion : le mardi, à 21h00, depuis le 11 avril, sur Fuji TV.

Site officiel : http://www.ktv.jp/crisis/index.html

Hiyokko (ひよっこ)
J’ai fait l’impasse sur l’asadora actuellement en cours de diffusion, Beppin-san, parce que l’histoire avait trop de points communs avec le précédent, Toto-nee-chan. Hiyokko proposant un changement d’époque en commençant dans les années 60, j’ai décidé de le regarder.

Hiyokko

Synopsis :
Mineko (Arimura Kasumi) et sa famille vivent dans la préfecture d’Ibaraki, au nord de Tokyo. Son père travaille dans la capitale mais en 1964, il ne revient pas pour le jour de l’An, comme il en a pourtant l’habitude.
Mineko décide alors de faire sa vie à Tokyo pour pouvoir rechercher son père. Elle est embauchée dans une usine de la basse ville, mais après les Jeux Olympiques, une récession économique frappe le Japon et cette usine ferme.
Mineko a tout de même la chance d’être embauchée dans un restaurant que son père avait l’habitude de fréquenter.

Diffusion : du lundi au samedi, à 8h00, depuis le 3 avril, sur NHK.

Site officiel : http://www.nhk.or.jp/hiyokko/

Kizoku Tantei (貴族探偵)
Dans ce drama, ce sont les seconds rôles qui ont attiré mon attention, comme bien souvent. Takito Kenichi, Matsushige Yutaka et Nakama Yukie valent à eux seuls le détour. Et puis le scénariste, Kuroiwa Tsutomu, est aussi derrière Boku no yabai tsuma, que j’avais adoré. Néanmoins, après avoir vu un extrait de Kizuko Tantei à la télévision, je ne suis plus sûre du bien-fondé de mon choix…

Kizoku Tantei

Synopsis :
Un jeune homme (Aiba Masaki) se présentant comme un aristocrate, mais dont on ignore tout, a pour loisir la résolution de mystères. Poli, propre sur lui, il laisse cependant les gens qui sont à son service mener l’enquête à sa place, se contentant de plaisanter avec les femmes qu’il croise dans ses enquêtes.
La détective Kōtoku Aika (Takei Emi), lassée de toujours trouver cet aristocrate sur son chemin, met un point d’honneur à résoudre les affaires avant lui.

Diffusion : le lundi, à 21h00, à partir du 17 avril, sur Fuji TV.

Site officiel : http://www.fujitv.co.jp/kizoku/

San nin no papa (3人のパパ)
Ce « Trois hommes et un couffin » version drama japonais m’intrigue ! Je suis curieuse de voir comment le sujet sera traité.

San nin no papa

Synopsis :
Un soir, Takuto rentre dans la maison qu’il partage avec Kyōhei et Hajime, anciens camarades de lycée, et découvre un bébé endormi dans son salon. Sur la table, une note : « C’est ton enfant ». Oui, mais à qui ? Takuto et ses amis se concertent, mais tous trois se souviennent d’avoir été imprudent et tous pourraient bien être le père de cet enfant.
C’est alors que les trois amis remarquent que le bébé a de la fièvre. Alors qu’ils vivaient insouciants jusqu’à maintenant, le poids des responsabilités vient de tomber sur les trois jeunes hommes.

Diffusion : le mercredi, à 23h56, à partir du 19 avril, sur TBS.

Site officiel : http://www.tbs.co.jp/3papa_tbs/

Enfin, j’hésite pour les dramas suivants, mais je ne suis vraiment pas convaincue.

  • Boku, unmei no hito desu, ou comment forcer le destin amoureux.
  • Frankenstein no koi, l’histoire d’un monstre qui tombe amoureux d’une humaine.

Dramas abandonnés (Hiver 2017)

Nous voici à peu près à moitié de la saison d’hiver 2017, et j’ai décidé d’abandonner deux dramas que j’avais mis sur ma liste. J’ai décidé de partager avec vous les raisons de ces abandons.

Ubai Ai, Fuyu (奪い愛,冬)

ubai-2
J’avoue, cette photo aurait dû me mettre la puce à l’oreille

Synopsis
Il y a quelques années, Hikaru a vécu une histoire d’amour passionnée avec Shin. Mais un beau jour, Shin l’a quittée en ne lui donnant explication, laissant la pauvre Hikaru dévastée. Mais la jeune femme a retrouvé l’amour avec Kōta, qui travaille dans la même agence de design qu’elle. Ils sont heureux et vont bientôt se marier.

ubai
Oh mon Dieu ! Mon petit ami me prend dans ses bras !

Mais patatras ! Lors d’un déplacement chez un client, Hikaru revoit Shin et elle en est fort troublée. Serait-elle encore amoureuse de son ex ? Les retrouvailles entre les deux anciens amants vont bientôt faire naître la jalousie chez leurs partenaires actuels : Kōta se met à soupçonner Hikaru de le tromper et Ran, la femme de Shin, pète littéralement les plombs.

ubai-3

Pour couronner le tout, d’autres personnes de l’entourage de Hikaru font tout pour briser son couple, à commencer par la mère de Kōta qui ne l’aime pas, mais alors pas du tout.

Pourquoi j’ai abandonné
Cette histoire est tout bonnement impossible ! À commencer par la raison du mariage de Shin. De nos jours, même au Japon, je ne crois pas qu’on épouserait quelqu’un pour ça. De plus, Ran, la femme de Shin, est folle à lier, et le mot est faible. Eh oh ! Le divorce, ça existe ! Qui resterait marié à une furie pareille ?

Ensuite, tous les personnages qui gravitent autour de nos deux amoureux contrariés sont des méchants (à part la maman de Hikaru). La collègue de Hikaru essaie de lui piquer son petit ami actuel et fait tout pour distiller le doute dans l’esprit de ce dernier. Son boss est méchant et en plus, c’est un vrai goujat. La mère de Kōta est, excusez ma vulgarité, une belle salope. L’accumulation de personnages caricaturaux est déplaisante au plus haut point, et lassante.

C’est dommage, car le thème était intéressant et il aurait pu être traité plus en subtilité.

Uso no sensō (嘘の戦争)

 Synopsis
Alors qu’il était enfant, Kōichi a vu toute sa famille se faire assassiner sous ses yeux par deux inconnus. Il est le seul survivant, mais la police refuse de croire à sa version des faits et classe l’affaire en drame familial : le père se serait suicider après avoir tué toute sa famille.

Des années plus tard, on retrouve Kōichi à Bangkok, où il arnaque des Japonais avec l’aide de sa complice Haruka. Un jour, il croise dans le hall d’un hôtel l’un des deux hommes qui a assassiné sa famille. Déterminé à se venger, Kōichi rentre à Tokyo. Il commence par faire payer l’homme qu’il a croisé à Bangkok, puis découvre que c’est un certain Nishina qui serait le commanditaire du triple meurtre.

uso-3
Kaede est médecin mais incapable de voir qu’elle se fait embobiner

Kōichi décide alors de se rapprocher de la puissante famille Nishina, à commencer par la fille Kaede, qu’il drague, et le fils Akira, à qui il apporte son soutien dans son travail. Mais l’autre fils Nishina, Takashi, soupçonne Kōichi de ne pas être celui qu’il prétend être.

Pourquoi j’ai abandonné
Je ne sais pas ce qui se passe avec les acteurs de ce drama : sont-ils comme moi peu inspirés par un scénario poussif ou sont-ils mal dirigés par le réalisateur ? Toujours est-il que leur jeu est au mieux caricatural, au pire surjoué et donc mauvais (sauf pour Fujiki Naohito et Yasuda Ken). Le pire étant Kusanagi, qui m’a l’air d’un homme bien gentil mais d’un bien piètre acteur.

uso-2
Mais quel acteur !

De plus, pour un héros prêt à se venger sans hésitation de sa cible parfois déjà affaiblie, Kōichi a la larme facile quand il s’agit de lui-même. On comprend bien qu’il ait souffert toute sa vie à cause de ce qui est arrivé, mais à un moment donné on n’arrive plus à avoir d’empathie pour lui. Surtout quand il s’en prend à une cible qui visiblement regrette ce qu’elle a fait et qui a aussi beaucoup souffert dans sa vie.

 

Hiver 2017 : mes choix jdramas

À nouvelle année, nouvelle saison de dramas japonais !

L’année 2016 a été marquée par quelques très bons dramas :

  • Natsume Sōseki no tsuma, drama en quatre épisodes retraçant la vie de Kyōko, l’épouse du célèbre écrivain ;
  • Juhan Shuttai!, adaptation réussi d’un manga populaire, avec un casting de rêve ;
  • Love Song, qui dépeint avec force les sentiments de ses personnages et qui nous a révélé la sublime Fujiwara Sakura.

Mais ce que j’ai le plus apprécié cette année, ce sont les dramas à suspense. Naomi et Kanako, Boku no yabai tsuma, Suna no tō… chaque saison de l’année 2016 a eu son excellent thriller. Des histoires originales, complexes, surprenantes, et parfois dérangeantes (Suna no tō) que je vous recommande chaudement.

En ce début d’année 2017, la moisson s’annonce malheureusement moins bonne. Voici, classé par ordre d’intérêt, les dramas japonais que j’ai sélectionnés pour cet hiver 2017.

Quartet (カルテット)
Cela fait bien longtemps que je n’ai pas vu Matsu Takako, et en plus, elle est épaulée par des actrices et acteurs très intéressants : Mitsushima Hikari (Soredemo ikite yuku, Woman), Takahashi Issei (Boku no yabai tsuma, Shin Gozilla) et Yoshioka Riho (Medical Team: Lady da Vinci no shindan).

quartet

Synopsis :
Quatre trentenaires à la vie personnelle ratée et aux rêves brisés se rencontrent. Tous les quatre sont capables de jouer d’un instrument à cordes et ils décident de former un quatuor. Tous les quatre choisissent de passer l’hiver ensemble à Karuizawa, dans la préfecture de Nagano. Mais tous cachent un secret.
Diffusion : le mardi, à 22h00, à partir du 17 janvier, sur TBS.
Site officiel : http://www.tbs.co.jp/quartet2017/

Uso no sensō (嘘の戦争)
Je n’aime pas Kusanagi, parce que, comme quasiment tous ceux que l’on appelle « aidoru » au Japon, il est un mauvais acteur. Mais voilà, cette histoire de vengeance semble très intéressante et je ne peux pas passer à côté du reste du casting : Naohito Fujiki, Mizuhara Kiko, Osugi Ren, sans oublier le talentueux Yasuda Ken.

uso-no-senso

Synopsis :
À l’âge de 9 ans, Kōichi perd toute sa famille : sa mère et son petit frère sont assassinés, et son père est accusé de ce double meurtre. Mais Kōichi sait que ce n’est pas son père le meurtrier, car il a vu le visage du tueur.
Mais la police ne le croit pas et le traite de menteur. Les membres de sa famille eux-mêmes commencent à le regarder bizarrement. En grandissant, Kōichi devient alors ce dont on l’accuse : un menteur.
Il change de nom, part à l’étranger, s’invente une nouvelle vie, puis, désireux de se venger, il revient au Japon. Il commence à piéger les personnes impliquées dans les meurtres, en dévoilant tous leurs scandales. Bientôt, une guerre va l’opposer au chef d’une grande entreprise qui tente d’empêcher Kōichi d’agir.
Diffusion : le mardi, à 21h00, à partir du 10 janvier, sur Fuji TV.
Site officiel : http://www.ktv.jp/uso/index.html

Gekokujo Juken (下剋上受験)
Ce drama ne m’avait pas frappé quand j’ai passé en revue la liste des dramas d’hiver 2017, mais après avoir vu la bande-annonce à la télé, me voilà intéressée !

gekokujo

Synopsis :
La famille Sakurai vit dans un modeste appartement, dans un quartier modeste. Le père, Shinichi, n’est pas allé plus loin que le collège et travaille aujourd’hui dans une agence immobilière. La mère, Kanako, n’a pas non plus fréquenté le lycée. Il semblerait que leur fille Kaori, élève en 5e année d’école primaire, suive les traces de ses parents.
Un jour, le nouveau collègue de Shinichi lui vole des clients importants, tout simplement parce que ceux-ci préfèrent travailler avec un diplômé d’une grande université. Paniqué, Shinichi décide d’inscrire sa fille à des cours du soir mais sa femme s’y oppose.
Cependant, les mauvais résultats de Kaori laissent présager du pire, et Shinichi décide de préparer avec sa fille l’examen d’entrée d’un prestigieux collège.
Dans le même temps, la situation familiale des Sakurai se complique quand le père de Shinichi, expulsé de l’hôpital pour cause de violence, vient vivre avec eux.
Diffusion : le vendredi, à 22h00, à partir du 13 janvier, sur TBS.
Site officiel : http://www.tbs.co.jp/gekokujo_juken/

Onna Jōshu Naotora (おんな城主 直虎)
À nouvelle année, nouveau taiga ! Et après l’histoire d’un homme (Sanada Yukimura), nous passons au destin d’une femme hors du commun, Ii Naotora. L’histoire se déroule quelques années avant celle de Sanada Yukimura, on retombe donc à l’époque des provinces en guerre, mais tant pis ! En plus, la NHK s’offre un beau casting, avec entre autres Miura Haruma, Sugimoto Tetta, Zaizen Naomi, Suda Masaki, Takahashi Issei, Yamaguchi Sayaka.

naotora

Synopsis :
Le seigneur Ii Naomori, vassal du clan Imagawa, n’a d’autre héritier que sa fille, Naotora. Il décide de la marier à Ii Naochika, fils de son cousin. Accusé de rébellion contre son seigneur, ce cousin se suicide et son fils, Naochika, se réfugie dans le Shinano. Naotora devient alors nonne au temple Ryōtan. Plus tard, Naochika revient chez les Imagawa, mais entre-temps, il s’est marié.
En 1560, Naomori décède lors de la bataille d’Okehazama, et quelques années plus tard, Naotora devient chef du clan Ii. Comment les vassaux du clan réagiront-ils à l’idée d’être gouvernés par une femme ?
Diffusion : le dimanche, à 20h00, à partir du 8 janvier, sur NHK.
Site officiel : http://www.nhk.or.jp/naotora/

Rakuen (楽園)
Un drama WOWOW inspiré d’un roman de Miyabe Miyuki ? Aucune raison de se priver !

gakuen

Synopsis :
Il y a 16 ans, les Doizaki tuaient leur fille de 15 ans et enterraient son corps sous leur maison. Quand la vérité éclate, une femme au foyer se présente auprès de Maehata Shigeko, écrivaine. Elle lui explique que son fils Hitoshi, 10 ans, peut lire la mémoire des gens et lui présente un dessin qu’il a réalisé et qui semble dépeindre l’affaire Doizaki.
Shigeko, plus ou moins convaincue, décide tout de même de mener des recherches mais Hitoshi meurt dans un accident de voiture.
Seiko, la seconde fille des Doizaki, apprend par l’avocat de son père que ses parents désirent rompre tous liens avec elle. Et au même moment, dans une ville inconnue, une lycéenne est retenue prisonnière. Quel est donc le lien entre toutes ces affaires ?
Diffusion : le dimanche, à 22h, à partir du 8 janvier, sur WOWOW.
Site officiel : http://www.wowow.co.jp/dramaw/rakuen/

A LIFE (アライフ)
On dirait bien qu’après leur séparation, les membres du groupe SMAP essaient de se recycler. Mais pour ce drama encore, le casting est alléchant, et je vais donc fermer les yeux sur Kimura Takuya. Parce que Tadanobu Asano, Takeuchi Yuko (Chacha dans Sanadamaru) et Emoto Akira dans un même drama, ça ne se refuse pas !

alife

Synopsis :
Jeune chirurgien, Okita Kazuaki a été forcé de quitter l’hôpital où il travaillait suite à une machination ourdie par son ami. Kazuaki a alors tout quitté, y compris sa petite amie, pour aller étudier aux Etats-Unis.
Dix ans plus tard, il revient au Japon pour sauver son ancien professeur, qui est aussi le père de son ancienne petite amie. Cette dernière a succédé à son père à la tête de l’hôpital et s’est mariée avec l’ami de Kazuaki.
Kazuaki retrouve alors tous ceux qu’il avait laissé derrière lui : sa petite amie, ses amis, mais aussi les autres médecins et les infirmières de l’hôpital.
Diffusion : le dimanche, à 21h00, à partir du 15 janvier, sur TBS.
Site officiel : http://www.tbs.co.jp/ALIFE/

Enfin, j’hésite pour les dramas suivants :

  • Bakumatsu Gurume Bushimeshi, l’histoire d’un samouraï de basse condition qui devient cuisinier.
  • Byplayers, ou comment six acteurs habitués des seconds rôles vont devoir cohabiter. Le casting est tout simplement alléchant : Endo Kenichi, Osugi Ren, Taguchi Tomorowo, Terajima Susumu, Matsushige Yukata et Mitsuishi Ken… tous jouant leur propre rôle !
  • Honjitsu wa, ohigara mo yoku, l’histoire d’une rencontre entre une jeune femme au cœur brisée et le pouvoir des mots.

Lady da Vinci no shindan : une autre saison, SVP !

Résumé
Tachibana Shiho est une neurochirurgienne réputée, qui réussit les opérations les plus délicates. Mais un jour, en pleine opération, elle est victime d’une hallucination et perd tout contact avec la réalité durant quelques secondes. Sachant que cela aurait pu mettre la vie de son patient en danger, Shiho décide d’abandonner sa carrière médicale.

lady-1
Shiho et sa nouvelle équipe en plein diagnostic

C’est alors que son ancien professeur la persuade d’intégrer la nouvelle équipe médicale qu’il a créée, lui assurant qu’elle n’aura pas à opérer. Cette nouvelle équipe a pour mission de poser des diagnostics auprès de patients atteints de maladies qui n’ont pu être identifiées par d’autres hôpitaux. Et la particularité de cette équipe, c’est qu’elle est composée uniquement de femmes médecins.

lady-2
Shiho reprendra-t-elle le chemin du bloc ?

Shiho, malgré son franc-parler, s’intègre bien dans son équipe. Mais elle attise la curiosité de sa collègue Nitta Yukino, qui se demande pour quelle raison Shiho refuse d’opérer. Elle finira par découvrir le drame personnel qui se cache derrière la nouvelle recrue de l’équipe.

Mon avis
En général, je n’aime pas trop les séries qui se déroulent dans le monde médical, mais celle-ci est assez originale et m’a intéressée dès le premier épisode. Il n’y a pas de scènes médicales « hard », avec sang qui pisse partout. Non, Lady da Vinci no shindan s’intéresse plutôt aux symptômes, pour découvrir la maladie dont chaque patient est affecté, un peu à la manière d’une enquête policière.

En fil rouge, le drame personnel de Shiho (Yoshida Yo) nous évite le trop rébarbatif un cas médical par épisode. Certaines collègues de Shiho ont aussi droit à leur petite histoire, notamment Nitta Yukino (Aibu Saki), Tamaru Ayaka (Yoshioka Riho) ou encore la chef de service Iwakura Kyoko (Ito Ran).

Les autres sont plutôt laissés de côté, et c’est bien dommage. Car il y a dans cette galerie de portraits de femmes matière à développer toute une gamme d’intrigues qui pourraient être intéressantes. Une deuxième saison serait la bienvenue, mais étant donné les audiences, c’est très peu probable. Dommage !

Pour qui ?
Peu importe votre genre préféré, je crois que chacun peut trouver son compte dans Lady da Vinci no shindan (sauf si vous recherchez de la romance).

Note : 9/10

 

Jimi ni sugoi! Feel good drama

jimi-0

L’histoire
Kono Etsuko adore la mode. Son rêve est de travailler comme rédactrice pour le magazine de mode Lassy. Tous les ans, elle passe un entretien d’embauche dans la maison d’édition qui gère le magazine, mais tous les ans, malgré son enthousiasme, elle est recalée.

Sauf que cette année, Etsuko est embauchée ! Mais elle n’est pas affectée au poste qu’elle convoite tant ; à la place, on l’envoie dans le service plutôt austère de la relecture. Son travail sera de relire des romans, pour s’assurer qu’il n’y ait aucune faute, aucune coquille, aucune incohérence.

jimi-1
Etsuko au boulot

Malgré son apparence frivole, Estuko prend son travail très à cœur. Très rapidement, elle conquiert le cœur de ses collègues, mais elle ne perd pas son objectif de vue : rejoindre Lassy.

Côté cœur, Etsuko croise un jour le chemin du beau Yukito et le coup de foudre est immédiat. Mais comment le revoir ? Ce sera par hasard, chez Lassy, car Yukito y passe un casting pour être le nouveau visage masculin du magazine. Mais ce qu’Etsuko ne sait pas, c’est que Morio, une de ses anciennes camarades de lycée qui travaille pour le magazine, a débuté une relation particulière avec Yukito.

 

jimi-2
Quand Etsuko rencontre Yukito

Mon avis
Jimi ni sugoi est plus une comédie « feel good » qu’une comédie romantique. Le personnage d’Etsuko est frivole, gaffeuse et pense beaucoup trop à la mode, mais c’est aussi une héroïne qui travaille fort pour réaliser son rêve, toujours de bonne humeur, franche et honnête. Elle est, malgré son apparence, très attachante, et ceci est dû en grande partie au formidable travail d’actrice d’Ishihara Satomi.

Son amie Morio (Honda Tsubasa) est un personnage plus sombre, plus complexe, plus difficile à cerner, mais elle est tout aussi attachante. J’aurais aimé que sa vie amoureuse soit un peu plus développée.

La relation d’Etsuko avec son collègue Kaizuka (Aoki Munetaka), qu’elle surnomme « Tako » (le poulpe) et avec qui elle se chamaille sans cesse, est très drôle. Les deux sont très complices, à tel point que l’on se prend parfois à souhaiter qu’une histoire d’amour se développe entre ces deux-là.

Là où le bât blesse, c’est dans la relation entre Estuko et Yukito (Suda Masaki). Personnellement, j’y vois plus d’amitié que d’amour. Et c’est pour cela que j’ai du mal à qualifier Jimi no sugoi de comédie romantique, car le romantisme, justement, n’y est pas. C’est un peu dommage, mais cela reste une comédie plaisante à regarder, sans prise de tête, parfaite si vous avez besoin d’un peu de légèreté dans votre vie.

Pour qui ? Pour tous ceux qui veulent une comédie sympathique, sans prise de tête, et qui fait du bien au moral !

Note : 8/10